Accueil    
Vendredi, le 26 juin 2015
Qui n'aime pas regarder à l'intérieur des maisons le soir, dérober un bout de vie en passant, comme à la télé, mais en plus banalement vrais! C'est sans doute pour ça que j'aime bien cette série de petits films sur le site de NOWNESS, « In Residence ». En moins de 4 minutes, on nous expose à l'univers intime, la maison, de créateurs avec des pointures comme les designers Marc Newson et Patricia Urquiolla, et les architectes Ricardo Bofill et Daniel Libeskind. Et c'est en y regardant pour la énième fois la résidence de la décoratrice Rose Uniacke, que je me suis mis à remarquer les petits détails « pas rapport » de ma table de travail. Tous les jours ou presque je m'y installe avec une familiarité désinvolte, oublieux de sa présence comme une partie de moi-même, insensible, acquise, imparfaite, mais utile.
Un objet, cet ancien aiguise-crayon que j'ai depuis l'enfance, mais déjà en plastique et qui a fondu par je ne sais plus quelle malchance. Cette ouverture dans la table, pas rond, mais ovale parce que les connecteurs USB sont rectangulaire. Un point rouge sur le clavier, une addition maison pour me rappeler la touche d'un raccourci que j’utilise fréquemment, mais pas tant que ça, sinon je n'en aurais pas besoin, et cette cicatrice sur ce qui me sert de repose clavier, une tablette laminée trouvée dans la rue, à la poubelle et que j'ai retravaillé pour l'adapter à mes besoins.
C'est dans son entièreté qu'elle m'est nécessaire, mais c'est dans ses mille et une particularités qu'elle est mienne.
 


Commentaire (0)


PORTFOLIO   |   Kodachromes   |   Polaroids   |   Archives  |   Index
 

           |  À propos de Chacoura


Commentaires via courriel : lesage (arobas) chacoura (point) net

© Jacques Lesage. Tous Droits Réservés.