Accueil    
Jeudi, le 26 mars 2015
On dirait presque que ce sont des images tout droit venues d'un mauvais film qui passe tard le soir à la télé payante avec de la peau, du métal, des trous et de la souffrance. C'est à peu près ça, sauf qu'il n'y a pas eu de caméra, moteur, action!
Un an sépare les deux images, la première prise deux semaines après l'opération en mars de l'année dernière. On s'aperçoit rapidement que ce n'est pas le travail de petites mains rompues à la haute couture, ici, on ne fait pas dans la dentelle, au point que je ne leur donnerais pas un bouton à recoudre. Les « dépressions » sur la seconde image est ce qui reste du nombril, charcuté et oublié, broché comme un devoir de math par un cancre dopé au Red Bull à trois heures du matin.
Je ne ferai pas de politique ici, car même s'il faut parfois couper, c'est juste qu'après, vient le temps de recoudre, et ça, personne ne semble s'en préoccuper.
 


Commentaire (0)


PORTFOLIO   |   Kodachromes   |   Polaroids   |   Archives  |   Index
 

           |  À propos de Chacoura



Commentaires via courriel : lesage (arobas) chacoura (point) net

© Jacques Lesage. Tous Droits Réservés.