Accueil    
Vendredi, le 22 août 2014
C’est peut-être l’âge, probablement, mais n’empêche, ce qu’elles sont inconfortables ces motos.
Petites, légères, agiles, disparaissant sous le pilote donnant la sensation d’être sur un nuage (quand la route est belle, ce qui n’arrive pas souvent et jamais en ville, mais ciel, quand les conditions sont réunies, c’est tellement extraordinaire que ça devrait être illégal), mais cette foutue arthrose (qui se fait oublier quand je n’y pense pas) me ramène inexorablement sur terre, surtout la nuit sur l’autoroute après une journée en selle alors qu’on en vient à des excès de convoitise chaque fois qu’une voiture nous dépasse, jalousant la protection et la chaleur de l’habitacle, la douceur des envolées musicales à la radio et le repos du support lombaire des sièges.
Je sais, il existe des motos qui offre protection, chaleur, musique et confort, mais elles ne disparaissent pas, elles nous enveloppent, omniprésente, constamment, nous faisant sentir vulnérable parce que justement, protégé.
Je ne veux pas juste rouler, je veux voler, alors au diable l’inconfort, et puis c’est connu, le plaisir est rarement sans douleur.
 


Commentaire (0)


PORTFOLIO   |   Kodachromes   |   Polaroids   |   Archives  |   Index
 

           |  À propos de Chacoura



Commentaires via courriel : lesage (arobas) chacoura (point) net

© Jacques Lesage. Tous Droits Réservés.